accueil

« Viv’ lib’, ça c’est chic. »

Ernestine, dans Le Chiendent, de Queneau

C'est donc ici/que j'écris.
Ce site présente mon travail par quelques uns de mes textes les plus récents, le plus souvent courts et promeneurs, quenouillards.  Pas de vieux machins, pas de reliquats anciens. Traces de lectures et reflets littéraires, incertitudes et illusions d'art  constituent le fond de sauce de ce site. Ces temps-ci, tutélaires me sont : Gaspard Winckler, faussaire chez Perec et Valentin Bru, le soldat Bru du Dimanche de la vie, le Bru qui balaye (oui, chez Queneau le balai est le très prosaïque instrument des philosophes qui savent-et veulent- vivre. C'est bien pourquoi j'ai voulu en faire l'emblème de ce site-recueil) et qui s'arrose de Pernod. Et Swann, mais il est mort. Ça fait donc trois foyers pour mes ellipses, et c'est bien assez. Quant à savoir de quoi est fait le fond de sauce d'une ellipse... claude meunier